Louis Valtat

Bouquet de pivoines, circa 1920, de Louis Valtat, une peinture gaie aux couleurs acidulées et à la matière vibrante.

Huile sur toile
Monogrammée en bas à droite
Dimensions: 44 x 34 cm
avec cadre : 67 x 57 cm
Cadre en bois sculpté louis XIV
Prix: 25000 euros

Louis Valtat , un grand coloriste « précurseur du fauvisme »

L’intensité des contrastes de ce grand coloriste et l’audace de ses tonalités le placent comme un précurseur du fauvisme.
Louis Valtat, en 1896, enseigne à l’École des Beaux-arts de Paris. Il a pour élèves Matisse, Rouault, Puy, Marquet, Camoin, Manguin. Pour cet adepte de Gustave Moreau, la couleur ne tend pas seulement à évoquer le réel mais peut s’enrichir d’une valeur symbolique. Expérimentant dans ses propres peintures réalisées à Arcachon pendant l’hiver 1895-96 les formes simplifiées contenant les couleurs pures, il annonce dix ans avant ses élèves un triomphe auquel il participera.

Une nature morte aux couleurs acidulées et à la matière vibrante

Permettant d’audacieux mélanges de couleurs, la nature morte occupe une place privilégiée dans l’œuvre de Louis Valtat.
La multiplicité des touches formant les pétales, les feuilles mais également les motifs chamarrés de la nappe et du pichet en porcelaine aux décors floraux donne libre cours au talent et à l’audace coloriste de l’artiste et apporte une vibrante intensité à la toile.

Biographie

Le discret, prolifique et inventif Louis Valtat appartient à plusieurs groupes dans le même temps, hors d’une véritable école mais avec une personnalité indépendante affirmée. Très souvent il a été précurseur ou prémonitoire – fauve sans le savoir, nabi avant la lettre, pointilliste en particulier… Son œuvre, en perpétuelle marche en avant, change, toujours précédant un mouvement au fur et à mesure des trouvailles du peintre, allant sans cesse à la rencontre de surprises et de découvertes.
Louis Valtat fréquente les plus grands artistes néo-impressionnistes, fauves ou nabis à Paris, en Bretagne ou en Provence et participe à des expositions collectives, comme le Salon des Indépendants en 1889 ou le Salon d’Automne en 1905 (célèbre pour avoir repéré les fauves), et des expositions personnelles dans les galeries Vollard et Druet à Paris.
Ses séjours sur la Côte d’azur et à Marseille lui font connaître des artistes tout aussi amoureux de la couleur que les Fauves, comme Georges d’Espagnat, Paul Gervais, Armand Guillaumin, René Seyssaud…

Expositions

• Paris, exposition de groupe à la galerie Durand-Ruel, 1899.
• Bruxelles, Salon de La Libre Esthétique, 1900.
• Vienne, Gebaüde der Secession, 1903.
• Dresde, Kunst Salon Ernst Arnold, 1906.
• Moscou, galerie Tretiakov, 1908.
•Genève, Petit Palais, rétrospective du centenaire, de Juin Sept, 1969.
• Turin, Galleria d’Arte Pirra, 1974 : Bérénice.
• Saint-Tropez, musée de l’Annonciade, 1989.
• Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, du 19 mai au 27 août 1995.
• Musée d’Art moderne de la ville de Paris, 1999.
• Les Baux-de-Provence, musée Yves Brayer, 2010.
• Lodève, musée Fleury, 2011.

Bibliographie

• Dictionnaire Bénézit
• Collectif, Louis Valtat, [catalogue édité par le musée de Dieppe], 1959.
• Raymond Cogniat, Louis Valtat, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes.
• Collection George et Adèle Besson, Paris, musée du Louvre, 1964.
• Collectif, Valtat, rétrospective du Centenaire, 1869-1969, [catalogue de l’exposition du Petit Palais de Genève], Genève, Éditions Besson, 1969.
• Jean Valtat, Louis Valtat, (1869-1952), l’œuvre peint, t.I., Neuchâtel,Éditions Ides et Calendes, 1977.
• Collectif, Post-Impressionism, [catalogue d’exposition], Londres, The Royal Academy of Arts, 1979.
• Collectif, Louis Valtat, paysages de l’Estérel, [catalogue de l’exposition du musée de l’Annonciade à Saint-Tropez], 1989.
• Collectif, Louis Valtat dans la baie d’Arcachon 1895, Besançon,
• F. Garcia, Louis Valtat (1869-1952), exposition rétrospective, Musée des beaux-arts de Bordeaux, William Blake & C°, 1995.
• Jean-Luc Chalumeau, Le Fauvisme, Éditions Cercle d’Art, Collection « Découvrons l’art du xxe siècle », 2004.
• Maïthé Vallés-Bled, Valtat indépendant et précurseur, préface de François Commeinhes, Musée Paul Valéry, Salles la Source, Au fil du Temps, 2011, .
• Bernard Seiden, Ivonne Papin-Drastik, Louis Valtat. À l’aube du fauvisme, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2011.
• Collectif, « Louis Valtat », Beaux Arts magazine, numéro spécial, mars 2011.
• Collectif, « Louis Valtat », Dossier de l’Art, no 186, juin 2011, 96 p.
• Nathalia Brodskaya, Les Fauves, Parkstone International, 2012, 200 p.

Musées

France

• Paris, musée d’Orsay : L’Estaminet, huile sur toile.
• Bernay, musée des Beaux-Arts : La Lecture, 1898, huile sur toile.
• Besançon, musée des Beaux-Arts et d’Archéologie :
• Bordeaux, musée des Beaux-Arts ; 13 oeuvres.
• Portrait de Mme Valtat au canapé Louis XVI, huile sur toile ;
• Caen, musée des Beaux-Arts : Le Cap Long à Agay, huile sur toile.
• Cahors, musée de Cahors Henri-Martin : Rochers de l’Esterel,
• Granville, Musée d’art moderne Richard Anacréon :
• Nancy, musée des Beaux-Arts : Manège aux chevaux de bois, 1895-1896,
• Nice, musée des Beaux-Arts.
• Roubaix, La Piscine : Vallée de Chevreuse, avant 1937, huile sur toile.
• Toulon, musée d’Art : Fleurs et cerises, huile sur toile.
• Toulouse, Fondation Bemberg : Sur le boulevard, huile sur toile.
• Ver-sur-Mer, fronton de l’église : Saint-Martin, 1918, bas-relief en pierre.

Etats-Unis

• Palm Beach (Floride), Collection David E. Weisman et Jacqueline E. Michel : Au Café , Pastel sur papier gris ~1904.

Russie

• Moscou, musée Pouchkine :
• Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage :
Les Falaises violettes (Marée) ;
Près du bateau, sur la plage, 1899 ;
Une réunion de jeunes femmes, vers 1898.

Suisse

• Genève, Petit Palais, fonds de 22 tableaux.

Source

https://www.museeregardsdeprovence.com/exposition/louis-valtat
https://www.frequence-sud.fr/art-11732-louis_valtat_et_ses_contemporains_marseille.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Valtat#Œuvres
https://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-Fauvisme/index.html