Maurice Esmein (1888 – 1918)
21794
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21794,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Maurice Esmein (1888 – 1918)

Maurice Esmein (1888 – 1918)

 

Vue sur un jardin 

 

Huile sur toile signée en bas à gauche, contresignée et titrée au dos de la toile

Dimensions : 65 x 76 cm 

 

Artiste français né à Paris, il est le neveu du peintre Julien Le Blant. Artiste autodidacte, Maurice est connu de l’histoire des petits maîtres pour avoir contribué à l’aventure cubiste. Il fréquente Pablo Picasso, Juan Gris et George Braque au Bateau Lavoir. Il suit des études de médecine dans le même temps qu’il peint. Ami du peintre Jean Buhot, il privilégie ma peinture à la carrière médicale. Il travaille en Belgique et en Hollande, prend un atelier à Montmartre en 1912, expose au salon des Indépendants en 1914. Le peintre décède à la guerre, suite à son enrôlement en temps qu’auxiliaire médecin. Bien que sa carrière soit fulgurante, elle n’en est pas moins brillante. Son décès prématuré n’assombrit pas la critique élogieuse qui est faite de son art.

 

Maurice Esmein s’initie au cubisme des maîtres ; il s’attelle au cubisme analytique. De sa palette chromatique restreinte, il peint l’impression de la ville à travers le prisme de l’éclatement et de la recomposition. Le peintre nous fait entrer dans le tableau par un élément de l’art académique, la figure repoussoir. Les arbres encadrent les pendants latéraux du tableau, obligeant le regard du spectateur à se diriger vers le centre de la toile. Au milieu de celle-ci, des arbres, encore. Le peintre se sert de la tradition picturale et s’en moque pour saisir son sujet : le paysage de la vie moderne.

Category

XXe siècle

..

EnglishFrench