Philippe BUDELOT (1770-1841) & Joseph SWEBACH-DESFONTAINES (1769 – 1823)
23838
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-23838,stockholm-core-1.2.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Philippe BUDELOT (1770-1841) & Joseph SWEBACH-DESFONTAINES (1769 – 1823)

Philippe BUDELOT (1770-1841) & Joseph SWEBACH-DESFONTAINES (1769 – 1823)

Paysage pastoral

 

Huile sur toile, cadre d’origine

Signée du monogramme P. B. en bas à droite

Dimensions : 32 x 40,5 cm

Avec cadre : 44,5x 52,5 cm

 

Œuvre romantique à la composition harmonieuse, ce Paysage pastoral est le théâtre d’anecdotes délicates, propre à la campagne fantasmée du Grand Siècle. Le genre pictural, qui court le long du XVIIIème siècle, s’inspire de la bergerie de Marie-Antoinette à Versailles (Philippe Budelot est dans sa vingt-quatrième année lorsque la reine de France est guillotinée). La Pastorale est aussi influencée par les thèmes de Jean-Jacques Rousseau décrits dans Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761), tirage majeur du XVIIIème. Le livre avait séduit ses lecteurs par sa peinture du sentiment amoureux et de la nature, sujets qui préfigurent le Romantisme. 

Dans le tableau, les personnages facétieux, accompagnés d’animaux des pâturages, se rencontrent près d’un pont de bois. Le peintre représente un relief vallonné, qu’il prétexte pour représenter les effets de la nature printanière. Le traitement des personnages fait écho à la délicatesse d’exécution de l’ensemble de la toile. Le dessin précis est perceptible jusque dans les nuages et le feuillage des arbres, dont l’on entendrait presque les feuilles teintées sous les brises légères du vent.

Comme de coutume à l’époque des ateliers, les personnages sont peintes en collaboration avec des artistes spécialisés. Par exemple, Jean-François Demay (1798-1850) aurait peint des figures pour l’artiste. Ici, elles sont de la main de Joseph Swebach-Desfontaines (1769-1823). Il peignait aussi celles de Lazare Bruandet (1755-1804), le maître de Philippe Budelot, renommé pour son amour de l’épée et de la nature. Il lui transmet la pratique de la peinture de plein air dans les environs de Paris. À l’image de son maître, les œuvres de Philippe Budelot mêle le vérisme du paysage à des notes pittoresques. 

Peintre de renom, Philippe Budelot expose régulièrement au Salon entre 1793 à 1841. Il dirige notamment la Manufacture de porcelaine de Saint-Pétersbourg sous Alexandre Ier.

Musées : 

  • Musée des beaux-arts de Reims, Beaune (anciennement collection Paul Marmottan), Abbeville, Arras, Châlon-sur-Marne, Épinal.

 

Category

XIXe siècle

EnglishFrench