Luc Hueber (1888 – 1974)
21796
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21796,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Luc Hueber (1888 – 1974)

Luc Hueber (1888 – 1974)

 

Nu assis, daté 1925


Huile sur toile

Signée et datée « 1925 », en bas à gauche

Dimensions : 109 x 86 cm, avec cadre 137 x 115 cm

 

« Ivre de couleur, il nous fait partager son ivresse » Robert Heitz, Dernières Nouvelles d’Alsace
 
Luc Hueber se fait peintre sur le tard. Son père, dignitaire strasbourgeois, refuse qu’il suive une carrière artistique ; l’encourageant davantage dans la pâtisserie que dans la peinture. Luc Hueber exerce comme pâtissier et s’engage dans la légion étrangère. Il effectue une formation artistique comme peintre de vitraux auprès d’Auguste Cammissar (1873-1963) et poursuit son apprentissage à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg. En 1924, il acquiert la Maison des Païens à La Petite-Pierre (aujourd’hui lieu d’exposition) et se plait à peindre la nature environnante. 
 
À Paris, il rencontre Charles Guérin et fréquente la Grande Chaumière. Il adhère au Groupe de Mai en 1919 et expose avec eux une fois par an au mois de mai jusqu’en 1934. Simon Lévy, membre du groupe, l’initie à l’œuvre de Cézanne. Pour le peintre, la période est riche en expériences et en enseignements. De retour à Strasbourg en 1930, il se plaît à peindre quelques natures mortes, des nus, des scènes d’intérieurs et de rares portraits. 
 
Le tableau présente une femme nue, assise face au spectateur, la tête penchée et le regard porté hors du cadre. Le modèle, que l’on suppose être la femme du peintre, est peint avec vivacité et véracité. Hueber nuance sa peau et donne à l’ensemble une dimension presque statuaire. Le peintre cultive le charme de l’atelier en signalant un rideau bleu, derrière le nu, une chaise cannée, un pichet et quelques pommes. De Picasso (le drap des Demoiselles d’Avignon), à Van Gogh (la chaise cannée de sa chambre d’hôpital) en passant par Cézanne (les natures mortes aux pommes), le peintre fait poser son modèle autour de ces références des avant-gardes et démontre sa culture visuelle avec subtilité.  
 
 

Musées et expositions : 
. « Luc Hueber, 1888 – 1974 », Musée historique de Haguenau, Alsace ; du 17 juin au 28 septembre 2003, com.-exp. Pia Wendling. 
. Le musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg collectionne le peintre. 
. 1930 : Paris, galerie Armand Drouant  
. 1946 : Exposition d’une centaine de tableaux, Maison d’Art Alsacien
 
 
       

Bibliographie : 
. cat. exp. Pia Wendling, Luc Hueber, 1888 – 1974, Hagueneau, éditions du musée historique de Haguenau, 2003, 20 pages. 
. Robert Heitz, Le Peintre Luc Hueber, Strasbourg, Dernières Nouvelles d’Alsace, 1947, 15 p. 
. La ville de Strasbourg célèbre le soixantième anniversaire de Luc Hueber en 1968 par une rétrospective. 

Category

XXe siècle

..

EnglishFrench