Louis Loustaunau (1846 – 1898)
22137
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22137,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Louis Loustaunau (1846 – 1898)

Louis Loustaunau (1846 – 1898)


Le grand Trianon du château de Versailles

 

Huile sur toile

Signée en bas à droite

Dimensions : 49,5 x 78,5 cm

Avec cadre 61,5 x 84,5 cm

 
Louis Loustaunau dépeint une vue des jardins de Versailles. Il représente une nature domptée par le siècle de Louis XIV, et prend l’architecture comme sujet. Le premier plan offre un sentier sur lequel le spectateur s’apprête à s’engager, au loin, l’architecture se dessine. Le soleil du matin magnifie la pierre blanche et les lignes des appartements royaux.

Le jeu d’ombre et de lumière sert la perspective et la composition savante. Le peintre invite le spectateur à la réflexion que suppose la promenade matinale.

 
Le jeune peintre est formé à l’école des Beaux-Arts de Paris. Il intègre les ateliers de Jean-Léon Gérôme et Eugène Barrias. Il se fait remarquer par ses talents de peintre de paysage. Il débute au salon de 1869, expose une vue de Bretagne. Il expose régulièrement aux Salons jusqu’en 1875, envoie des paysages et des scènes de genre.

Il complète sa formation auprès d’Edouard Detaille. Ce dernier l’ouvre à la peinture militaire et historique. Loustaunau peint « Cavalier dans le parc de Versailles », dont le paysage dans lequel s’inscrivent les cavaliers est inspiré du présent tableau.
 

Louis Loustaunau se détache progressivement du genre noble pour retrouver ses amours de jeunesse ; la peinture de l’anecdote et de la nature domestiquée. La France parvient à une période de paix relative, sa peinture s’humanise. Le peintre regagne la peinture de paysage et de genre et s’exerce avec finesse à leur exécution. 

 
Musées, galeries :
. À Versailles : Musée Lambinet, Musée national des châteaux de Versailles et du Trianon, caserne du 5ème Génie.

. À Paris : Galery Ary Jan. Musée municipal de Pontarlier, musée des Beaux-Arts de Rennes. Collections privées.

 
Bibliograhie :
. « Notice de tableaux, aquarelles, pastels et dessins anciens et modernes, gravures anciennes, livres anciens et modernes, faïences, bronzes », Paris, éd. Sortais, 1894
. Émile Bellier de La Chavignerie, Louis Auvray, « Dictionnaire général des artistes de l’École française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, 1882–1885 », ouvrage, Tome II et Tome III, Paris, éd. n.r., 1885.

Category

XIXe siècle

..

EnglishFrench