Jules SCALBERT (Douai, 1851 – Paris, 1928)
23768
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-23768,stockholm-core-1.2.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Jules SCALBERT (Douai, 1851 – Paris, 1928)

Jules SCALBERT (Douai, 1851 – Paris, 1928)

 

 La baigneuse, circa 1885-1890

 

Huile sur panneau

Signée en bas à gauche

Dimensions : 65 x 53 cm

 

Jules Scalbert peint une charmante scène de plage. Le centre de la composition rassemble une baigneuse et sa gouvernante, la seconde tend un drap de bain réconfortant à la première. Aux alentours, d’autres baigneuses profitent des bienfaits des bains de mer, tandis que les familles se détendent sur la plage. Les costumes et les coiffures situent la scène entre 1885 et 1890.

La baigneuse est un sujet traditionnel de la peinture qui traverse l’histoire de l’art. L’artiste rend compte ici de l’expérience nouvelle du loisir mondain des bains de mer que l’on dit bon pour la santé, mode venue d’Angleterre au cours du XIXème siècle.

La plage cessant progressivement d’être un espace médical devient un lieu de sociabilité et de distractions des classes aisées de la société française. Les stations balnéaires implantant des casinos pour occuper les soirées de leur clientèle aristocratique. Le Pas-de-Calais connaît ses inconditionnels, que ce soit à Boulogne, Malo-les-Bains ou encore Le Touquet.

La rigueur du dessin, la finesse de la touche, le sens du détail, caractéristiques du peintre servent le sujet délicat de l’oeuvre.

 

 

Peintre de genre, d’histoire et de fleurs, élève de Isodore Pils et de Henri Lehmann, il étudie aux Beaux-Arts de Paris et débute au Salon de 1876. Il fut Sociétaire des Artistes Français à partir de 1883. Il dépeint des scènes historiques et de genre, des sujets allégoriques, des figures, des fleurs.

Il voyage dans le Nord de l’Europe et en Italie. A Venise, Florence et Rome, il sera admiratif de la rigueur du dessin et de la fraicheur des coloris des maîtres de la Renaissance italienne.

Il s’attire une fervente clientèle privée qui lui permit de se tenir à l’écart des manifestations artistiques.

 

Musées : Compiègne, musée Antoine Vivenel ; Douai, musée de la Chartreuse ; Laval , musée du vieux château ; Roubaix, La Piscine.

Category

XIXe siècle

EnglishFrench