Joséphine Sarrazin de Belmont (1790 – 1870)
22335
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22335,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Joséphine Sarrazin de Belmont (1790 – 1870)

Joséphine Sarrazin de Belmont (1790 – 1870)

 

Le passage du gué 

 

Huile sur toile

Monogrammée sur le coin inférieur droit

Dimensions : 48 x 59 cm

Avec cadre 75 x 87 cm

 

 

L’artiste dépeint le passage des bêtes entre les rives du lit de la rivière calme. L’eau miroite, le ciel s’y reflète. Le jour se lève, la lumière dessine la frondaison des arbres en contre-jour. Quelques jeunes femmes se reposent, d’autres poussent les bœufs et les vaches qui n’ont pas encore traversés. 

 

Joséphine Sarrazin de Belmont est une paysagiste d’une grande sensibilité. Elle est l’élève favorite du maître paysagiste Henri de Valenciennes dont l’atelier est ouvert aux femmes. Elle pratique la peinture à l’huile en « plein air » sur de petits formats facilement transportables.

Grande voyageuse, elle découvre l’Allemagne et l’Italie. Elle rapporte une grande quantité d’esquisses et de dessins de ses premiers voyages en Italie. C’est l’une des premières artistes à peindre la forêt de Fontainebleau, la Bretagne et les Pyrénées.

 

Sa carrière est longue, elle expose aux Salons de 1812 à 1868. Elle reçoit le soutien de personnalités d’importance comme l’impératrice Joséphine. La Duchesse de Berry collectionne ses peintures de voyage, elle douze de ses vues d’Italie. Son atelier parisien du quartier Saint Germain est fréquenté par les plus grands artistes du temps, dont Jean-Baptiste Ingres et Jean Gros.

 

Joséphine Sarrazin de Belmont occupe une position charnière entre la tradition du paysage classique et la naissance du paysage en plein air. Elle renonce à l’anecdote mythologique ou romanesque au profit de paysages animés de personnages de la vie quotidienne pris à leur occupation. La composition, la lumière douce dorée et l’attention aux détails de ce tableau témoignent de sa fidélité au paysage classique. L’artiste a cherché les vues panoramiques qui agrandissent l’espace. 

 

 

Bibliographie : 

. Gérard Schurr, Pierre Cabane, Dictionnaire des petits maîtres de la peinture, 1820-1920, t. II, Paris, Éditions de l’Amateur, 1996.

. Lydia Harambourg, Dictionnaire des peintres paysagistes français du XIXe siècle, Neuchâtel (Suisse), Editions Ides et Calendes, 1985, p. 313

 

 

Musées :

. Musée du Louvre, Angers, Montauban, Nantes, Toulouse. Dresde, Hanovre, Munich en Allemagne. Metropolitan Museum de New York, National Gallery of Art of Washington aux Etats-Unis. 

Category

XIXe siècle

..

EnglishFrench