Gustave Singier (1909 – 1984)
21912
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21912,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Gustave Singier (1909 – 1984)

Gustave Singier (1909 – 1984)

 

« Le Port », daté 1950

Aquarelle sur papier

Signée et datée « 50 »

Dimensions : 25 x 22 cm, avec cadre: 41,5 x 48,5 cm.

 

Le spectateur peut discerner les mats noirs des bateaux et les coques. La mer, verte, donne une dimension tout autre à la peinture : l’œil balaye la surface nuancée de la toile, scandée par les lignes noires, comme s’il lisait une partition de musique.

 

Gustave Singier est né en Belgique et a vécu à Paris jusqu’à l’effervescence de 1980. Toute sa vie, le peintre évolue dans un univers créatif prolixe. il peint quelques cartons pour des vitraux et des tapisseries, des mosaïques, illustre des livres et  conçoit des costumes pour le Théâtre National Populaire de Jean Villar et pour l’Opéra de Paris. Peintre de la nouvelle école de Paris, il est professeur à l’Académie Rançon et se rattache au groupe des « Non-Figuratifs ».   

 

De l’après-guerre jusqu’aux années 60, la peinture abstraite s’épanouit à Paris. Cependant, sa postérité est amoindrie par ses successeurs historiques. D’une part, les avant-gardes réapparaissent (néo-dadaïsme, néo-réaslime, néo-fauvisme) et de l’autre, les peintres de la génération suivante s’éclipsent de Paris pour se calquer sur les grands peintres de l’abstraction américaine encore méconnus en France.

 

Sans jamais se détacher pleinement de la réalité, il s’attache à représenter ce qu’il voit. La réalité sert de répertoire de forme. Le peintre transpose, déforme et reforme le réel pour mieux le montrer sur un autre registre. Si l’on sait que l’abstraction géométrique n’est jamais loin de sa façon et de sa touche. Le port est une aquarelle qui joue sur l’unité dégagé par le camaïeu de couleurs pour magnifier les traits noirs qui signalent les mats.  

 

 

Bibliographie : 

. Jean Musy, Jean-Jacques Aillagon et Bernard Dorival, Bertholle, Chastel, Singier, [exposition à l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts, 27 janvier – 2 mars 1982], Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1982 

. Cat. exp. Camille Bourniquel, Pierre Cabanne, Gustave Singier, [exposition à la galerie Adriano Villata, 7 févr. – 8 mars 1981] Rome, Galleria Adriano Villata, 1981

. Pierre Encrevé, « SINGIER GUSTAVE – (1909-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne]

 

Musées et expositions : 

. Exposition à la galerie Adriano Villata, 7 févr. – 8 mars 1981, Rome

. Fresque « Espace dynamique », université de la ville de Villeuneuve d’Ascq 

Category

XXe siècle

..

EnglishFrench