Georges GUINEGAULT (1893 – 1982)
23318
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-23318,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Georges GUINEGAULT (1893 – 1982)

Georges GUINEGAULT (1893 – 1982)

 Le ballon, années 1920

 

Huile sur panneau signée et titrée au dos.

Dimensions : 46 x 37 cm, 

avec cadre : 66 x 55 cm.

 

Ici, Georges Guinegault représente une scène des plus charmantes, probablement à La Baule. 

Un enfant reçoit le trésor de toute bonne après-midi à la plage : le ballon de jeu. La maman tend l’objet du désir à son enfant et lui donne peut-être, au passage, quelques recommandations de bon comportement pour que l’enfant respecte le moment de détente des voisins de plage et les préserve d’éclaboussures ensablées.

Les habits des protagonistes évoquent la douceur des années 1920. Bien que les chapeaux cloches protègent les yeux et les joues roses des baigneurs, l’on distingue tout de même les expressions du bonheur estival.

 

Georges Guinegault étudie dans l’atelier d’Eugène Delâtre, peintre et professeur aux Beaux-Arts de Paris. En juin 1913, il obtient le prix du concours général de composition décorative de l’école.

Il peint Paris, les bords de mer de la Manche et de l’Atlantique – en particulier la Hague et la Bretagne (Quiberon, Saint-Malo…). Le peintre fait voyager ses couleurs et son envie de peindre jusqu’à la Riviera (Saint-Tropez), les Pyrénées, la Beauce et les pays basques. Par ailleurs, il s’essaye à représenter des scènes orientalistes lors de son séjour au Maroc (Marrakech, Meknès…).

Outre ses paysages, il dépeint également des portraits et des académies (des anatomies et des nus, en grand nombre).

Category

accueil, XXe siècle

..

EnglishFrench