GEN PAUL (1895-1975)
23904
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-23904,stockholm-core-1.2.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

GEN PAUL (1895-1975)

GEN PAUL (1895-1975)

 

Bouquet de fleurs, vers 1926-1928

 

Huile sur toile

Signée en haut à gauche

Dimensions : 73 x 60 cm

Avec cadre : 95 x 82 cm

 

 

Gen Paul nous livre ici un bouquet de fleurs aux couleurs explosives, une peinture de sa plus belle période. Au geste expressionniste propre à l’artiste se rajoutent des couleurs vives et pures, comme sorties du tube.

La touche, d’une grande spontanéité, est virevoltante. La matière, épaisse, est projetée, grattée et étirée sur la toile.

L’œuvre respire le dynamisme et l’effervescence.

 

Eugène Paul naît dans une maison de Montmartre et pratique, dès son plus jeune âge, le dessin et la peinture.

Son père meurt alors qu’il n’a que 10 ans. La Première Guerre Mondiale éclate, il est envoyé comme soldat ; blessé, il perd une jambe.

Pendant sa convalescence, il se remet à peindre et devient l’ami, au Bateau Lavoir, de Juan Gris qui l’accompagne beaucoup.

 

 

Il fréquente à Montmartre les peintres Vlaminck, Utrillo, Frank Will qui l’influenceront mais il développe rapidement sa propre personnalité teintée d’un expressionnisme qui reflète des influences aussi variées que celle de Toulouse Lautrec, Van Gogh, Cézanne et avant eux, Goya, Velasquez, El Greco. Les influences cubistes de Gris, Picasso et Fernand Léger peuplent son travail.

 

 

Durant l’entre-deux guerre, entre 1925 et 1929, il produit des peintures réputées les meilleures. Elles sont caractérisées par le mouvement du geste, l’audace du point de vue, des diagonales dynamiques.

Il  juxtapose des motifs abstraits à des détails réalistes. Contrairement à d’autres expressionnistes de ce temps, ses œuvres semblent gaies et pleines de vie.

 

 

Dans les années 1930, Gen Paul sombre dans l’alcoolisme. Ses peintures deviennent se ternissent, s’augmentent de traits épais.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il se rend fréquemment aux États-Unis et à New York. À l’époque, il est gradé du titre de général. Vers 1940, il reprend son travail des années 1920 mais sans retrouver l’émotion et la candeur de l’entre-deux guerre.

 

 

En 1952, la galerie Drouant-David de Paris lui consacre une rétrospective. Outre les manifestations annuelles de la scène artistique parisienne (les Salons), Gen Paul n’expose qu’exceptionnellement.

En effet, l’artiste refuse de travailler avec des galeries, il ne dépend d’aucune d’elles. À la fin de sa vie, il voyage fréquemment en France et en Espagne. 

 

 

Par le mouvement et le geste, l’histoire de l’art considère Gen Paul comme un peintre à l’avant-garde de l’expressionnisme abstrait de 1950. Il expose au salon des Indépendants à Paris en 1920. En 1928, ses œuvres, exposées avec celles de Picasso et de Soutine, émeuvent le public.

 

 

 

Musées : Une partie de son travail appartient aujourd’hui à des collections privées et se trouvent exposées dans les musées français et européens. La galerie Roussard expose son travail en 1999 et en 2002.

 

• À Paris : Centre national des arts plastiques ; Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris ; Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou ; musée Bourdelle

 

• En France : Les Abattoirs, Toulouse.

Category

XXe siècle

EnglishFrench