Gaston Lecreux (1846 – 1914)
24335
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-24335,stockholm-core-2.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
Title Image

Gaston Lecreux (1846 – 1914)

Gaston Lecreux (1846 – 1914)

 

Les bouquets, vers 1905

 

 

Huile sur toile 

Signée en bas à droite

Dimensions : 81 x 61 cm

 

 

Gaston Lecreux représente des bouquets de renoncules, de boules de neige, d’œillets et de lilas, qu’il encadre par une fenêtre. La transparence d’un rideau laisse filtrer le jour, baignant la peinture d’une douce luminosité. Les coloris pastels se fondent dans un harmonieux dégradé de blanc, de rose et de violine.

 

Le peintre, spécialisé en peinture de fleurs, enrichit le vocabulaire attendu d’une nature morte par son travail délicat de la lumière. Ici, l’artiste choisit de représenter plusieurs bouquets. Doit-on y voir une symbolique ? Celle d’un renouveau, peut-être, puisque les fleurs de la fin de l’hiver cohabitent avec celle du début du printemps.

 

Biographie :

Gaston Lecreux est peintre de fleurs, paysages, aquarelliste et décorateur. Il est l’élève d’Alfred Boucher et de Noël. Sa carrière débute au Salon de 1877, il obtient une médaille pour ses natures mortes. Rapidement, il est reconnu et célébrer pour sa spécialité florale. Pour cette raison, il est nommé jury d’un Salon à la fin de sa carrière.

 

Bibliographie : 

• Bénézit Dictionary of Artist – Oxford Art Online.

• Émile Bellier de la Chavignerie, Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l’école française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours ; architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, Paris, Renouard, 1882-1885.

• Léonce Bénédite, Les Chefs-d’œuvre du Musée du Luxembourg, Paris, Lapina, 1818-1937.

 

Musées :  

Paris, musée d’Orsay. Paris Quatre tableaux sont exposés dans les collections nationales. Renoncules (1910), Iris (1906) et Nature Morte (1910), conservés au centre national des arts plastiques. Une quatrième peinture est renseignée dans l’inventaire du Fond Régional d’Art contemporain de Paris.

• Reims, musée des Beaux-Arts (deux tableaux, nommés Fleurs).

• L’une de ses eaux-fortes, Fleurs de Pommier, est conservée à la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

 

Category

accueil, XIXe siècle

EnglishFrench