Frank Myers Boggs (1855 – 1926) 
22870
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22870,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Frank Myers Boggs (1855 – 1926) 

Frank Myers Boggs (1855 – 1926) 

Peintre et graveur français émigré des États-Unis 

 

 

Harfleur, vue du quai de la douane, vers 1885

 

Huile sur toile

Signée en bas à gauche

Dimensions : 59,5 x 81 cm

 

 

Pour ceux qui généralisent, il était un impressionniste. Pour ceux qui classent, c’était un paysagiste qui expose dans des salons et pour les quelques-uns qui ne se soucient pas de l’étiquette, il était simplement un peintre d’un certain talent – préface d’Arsène Alexandre

 

 

Le présent tableau est issu de ses premières années, vers 1880-1885. En Normandie, il peint les effets de l’eau et développe sa technique impressionniste. Ici, il représente le célèbre port de Harfleur.

 

Les rangées des maisons, qui bordent le quai de la douane, reflètent leurs colombages dans la Lézarde. Le traitement de l’eau décrit les éphémérités de la lumière et le caractère transitoire des choses qui a tant séduit les impressionnistes. Le ciel est tourmenté : pris dans quelques effets de matières tournoyants, il traduit la manière et le geste de l’artiste.

 

Frank Boggs était l’élève du grand maître Jean-Léon Gérôme à l’École des Beaux-Arts de Paris. Ses dessins, généralement de petits formats, sont spontanés et vivants.

 

 

En 1877, il s’installe boulevard Montparnasse. Il effectue de nombreux allez-retour entre New-York et Paris. À New York, il est reconnu comme peintre  impressionniste. Sa carrière française débute lorsque que l’État lui achète Place de la Bastille, en 1882. L’année suivante, il expose chez Goupil (Nice), à Munich, à Londres, puis à Philadelphie et à Chicago. Dès lors, il est courtisé par les musées de renoms, collectionné par le Metropolitan Museum of Art et par les collections privées à l’international.

 

Amoureux de Paris, il a peint ses nombreuses vues – quais, bâtiments et berges de la Seine – ainsi que des ports français et étrangers, les marchés animés de La Rochelle (France, côte atlantique) et de Venise, en passant par les Pays-Bas et la Belgique. Ses œuvres possèdent un style identifiable et attrayant.

 

Frank Boggs a exposé jusqu’à la fin de sa vie au Salon des artistes français, où il a reçu plusieurs distinctions, notamment d’être placé hors compétition, ainsi qu’une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1998.

 

 

 

Bibliographie :

. Arsène Alexandre, 166 illustrations (dont 3 en couleur), Frank Boggs, Le Goupy, Paris, 1929, 133 pages

. Louis Atlas, article « An Early Expatriate », The Chicago tribune and the Daily news, New York, 26 janvier 1930, p. 6

. J. Blu, préface par le comte de Marsy, Catalogue des peintures, dessins, sculptures, Musée Vivenel, 1901, p. 15

. Société des amis des arts du département de Seine-et-Oise, Description des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, miniatures, dessins et pastels exposés dans les salles du Musée de Versailles, le dimanche 19 juillet 1885, 1885, p. 8 et p.14

 

Musées : 

. À Paris : musée du Louvre, départements des arts graphiques. Centre national des arts plastiques, fond municipal d’art contemporain de la ville de Paris. 

. En France : Château-musée de Dieppe, musée maritime de l’île Tatihou à Saint-Vaast-La-Hougue, musée Richard Anacréon de Granville, musée des beaux-arts de Nantes. 

. À l’international : musée des beaux-arts de Montréal, Boston Museum of Fines Arts, New York Metropolitan Museum of Modern Art. 

Category

accueil, XIXe siècle

..

EnglishFrench