Fernand Piet (1869 – 1942)
21820
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21820,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Fernand Piet (1869 – 1942)

Fernand Piet (1869 – 1942)

Le marché de la place du Poids Public de Vannes, 1903

 

Huile sur toile, signée et datée dans le coin inférieur droit.
Dimensions : avec cadre 75 x 97,5 cm
 
 

Fernand Piet peint le quotidien de la vie parisienne et celui de la campagne villageoise bretonne, de Brest à Loctudy en passant par Vannes.
 
Le présent tableau illustre une scène de marché sur la place du Poids Public à Vannes. Des pavés jusqu’à la devanture du café des arts, l’humeur est au travail et à l’échange. Au premier plan, les mains se tendent, les corps se baissent. Les chapeaux des bretonnes sont à peine signalés, la touche est libre et relevée. Le spectateur apprécie les fruits, les légumes, l’agitation, et la scène pittoresque par excellence. Ce tableau est à rapprocher de son pendant, « Le Marché à Brest », 1899, historiquement conservé par la prestigieuse collection Chtchoukine.
 
Fernand Piet est un peintre, lithographe et dessinateur du tournant du siècle, à l’aube des avant-gardes. Dès 1890, il fréquente le monde du Paris de la Belle Époque, dont les peintres les plus significatifs sont Bonnat, Cormon, Meissonier, Rochegrosse et Breton. Il est de l’Impressionnisme et du Fauvisme, fréquente Toulouse-Lautrec, Raoul Dufy et Georges Rouault à l’Atelier du peintre Eugène Cormon et d’Alfred Roll, dite Académie de la Palette. Il est également formé aux Beaux-Arts de Paris, à l’atelier d’Eugène Carrière.
 
Par la suite, il acquiert renommée et reconnaissance. Le peintre tient son atelier au 38, boulevard Rochechouart, expose au Salon des Artistes Français et au Salon des Indépendants (de 1893 à 1925), dont il est vice-président en 1905 avec son ami Paul Signac. Le peintre fait histoire : il participe à l’exposition de la Sécession viennoise en 1899, il est médaillé de Bronze à l’exposition universelle de Paris, 1900.
 
 

 

Bibliographie :
. Erich Steïngraber, Fernand Piet, Leben & Werk, Munich, Bruckman, 1974
. Armand Dayot, L’art et les Artistes, Tome II, octobre 1905-mars 1906, Paris, 1906
 

 

Musées : En France, musée des beaux-arts de Rennes. Neue Pinakothek de Munich, musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg, collection Chtchoukine.

Category

XXe siècle

..

EnglishFrench