Edmond-Adolphe RUDAUX (1840 – 1908) français.
23953
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-23953,stockholm-core-1.2.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Edmond-Adolphe RUDAUX (1840 – 1908) français.

Edmond-Adolphe RUDAUX (1840 – 1908) français.

 

 La rencontre- Daté 1876.

 

Huile sur panneau d’acajou signée et datée en bas à droite.

Dimensions: 46 x 31,5 cm, avec cadre: 66 x 53 cm.

VENDU

 

E. A. Rudaux nous livre ici une charmante scène galante. Dans un sous-bois, une jeune paysanne passe sur un tronc d’arbre suspendu au-dessus d’un ru. En contre bas, un jeune homme en canotier, qui tient sa canne en étendard, est venu prendre du bon temps au bord de l’eau; des regards s’échangent et une conversation s’installe. S’agit il d’une rencontre fortuite ou d’un rendez-vous galant? Le cadre est bucolique, les arbres et les bosquets forment un écrin. Nous pouvons reconnaitre le peintre dans la figure du jeune homme; ses affaires, chevalet de campagne et carton a dessin nous le rappelle. 

On peut apprécier le détail des vêtements et la finesse de la touche grâce aux qualités de dessinateur de l’artiste.

 

Le peintre lorrain Edmond-Adolphe Rudaux est un peintre, illustrateur et graveur de talent. Il est le père de l’astronome Lucien Rudaux et du peintre Henri Edmond Rudaux.

Il se spécialise dans les scènes de genre toujours très recherchées par une clientèle aisée sous Napoléon III.

Il est d’abord l’élève du peintre de fleurs Victor Leclaire et Eugène Lavieille.  

Il expose pour la première fois à Paris au Salon en 1863.

Ses scènes vont vite devenir à la mode et sont copiées de son vivant, à de multiples reprises, sous la forme de gravure, typo, chromos et  carte de vœux.

Vers 1873, il s’installe avec sa famille en Seine-Maritime. Il découvre les plages de Veules-les Roses. Dans les années 1880, il part vivre à Donville-les-Bains où il fait bâtir une maison appelée « Les Gerbettes ».

Il poursuit son travail de peintre en s’inspirant de la région autour de Granville.

Illustrateur d’ouvrages de bibliophilie, il ne se contente pas de dessiner, il grave également. On estime sa production à plus de 200 eaux fortes publiées entre autres chez Cadart et chez Conquet (Paris), dont une remarquable suite pour les Nouveaux contes à Ninon (1882) d’ Emile Zola.

Il meurt en juillet 1908, chez lui, à Donville-les-Bains.

 

Musées:

 France:

. Granville Musée d’art et d’histoire

 . Donville- les -bains.

  . Gray , musée Baron-Martin,      

  . Paris, Bibliothèque nationale de France.

 Etats-Unis:

. Fine Arts Muséum, San Francisco.(Gravures)

 

Category

XIXe siècle

EnglishFrench