Charles Kvapil (1884 – 1957)
22990
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22990,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Charles Kvapil (1884 – 1957)

Charles Kvapil (1884 – 1957)

Peintre de l’École de Paris

 

VENDU

 

Portrait de femme, avant 1920

 

Huile sur carton

Signée en bas à droite

Dimensions : 37 x 32 cm

Avec cadre : 68,5 x 61,5 cm

  

Au dos, mention de «  N°1 / Ch. Kvapil / 233 rue d’Alesia / Paris XIVe / «  Tête de Femme » 
 

 

Le peintre portraiture l’un de ses modèles préférés, sa compagne. On lui connaît deux autres portraits du modèle, que l’on reconnaît à ses cheveux noirs jais relevés en chignon. L’influence cubiste marque la pratique picturale de Kvapil. Son cubisme coloré sert son sujet. Le haut bleu roi, la fenêtre ouverte vers un dégradé orange et rose vif mettent en valeur le visage du modèle.  

 

Ses boucles rehaussent ses pommettes roses, dont ces dernières font écho à ses lèvres dessinées. Pensive, elle semble plongée dans une profonde réflexion dont seul le regard vers le côté du tableau semble l’arracher à ses pensées. 

 

 

Charles Kvapil est un peintre belge de l’école de Paris. D’origine tchécoslovaque, il né en 1884. Il possède un atelier dans lequel il peint quelques portraits, des nus académiques, des natures mortes ainsi que des paysages de la veine impressionniste.  

 

Sa peinture est influencé par Courbet et Cézanne. Outre sa formation de peintre, il est également pastelliste et décorateur. Il suit les cours de l’Académie des Beaux-arts d’Anvers. En 1911, il expose à Munich.  

 

Dès lors, ses oeuvres dénotent d’une nette influence cubiste.  

 

Après l’armistice, il exerce à Paris et s’installe Montmartre. Le peintre se révèle au public parisien au Salon des Indépendants de 1920. Il expose aussi à Munich, Bruxelles, Genève, en Italie, à Stockholm, Londres et New-York. 

 

Kvapil est présenté dans de nombreuses collections publiques et privées. Dans l’étude qu’il lui consacre, le célèbre critique d’art Béran loue la richesse de la matière et tout ce que son art doit à la joie de vivre. 

 

Bibliographie : 
. http://www.johnadamsfineart.com/artists/kvapil-charles/
. La revue des Beaux-Arts, Paris, n°453, 1er juin 1906, p. 5

Category

Archives

..

EnglishFrench