Camille Bryen (1907 – 1977)
22801
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22801,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Camille Bryen (1907 – 1977)

Camille Bryen (1907 – 1977)

Peintre français

 

 

Écho chaotique, 1971

 

 

Huile sur toile

Signée et datée « 1971 » en bas à droite

Au dos de la toile, contresignée, titrée « Écho chaotique » et numérotée 627

 

Dimensions : 146 x 96

Avec cadre : 148 x 98 cm

 

 

 

Camille Bryen est l’un des initiateurs de l’abstraction lyrique. Nommé le « père du tachisme », il a souhaité dissoudre la forme au profit de la non-forme. Poète rattaché au mouvement dadaïste, ce n’est qu’après guerre qu’il laisse libre cours à son activité graphique.

 

 

À partir des années 1960, le peintre adopte un langage subtil. Les couleurs pâles, comme assourdies, sont posées par touches discrètes. Mosaïques de touches lumineuses et colorées, leur harmonie est contrebalancée par la projection de lignes fragmentées. On note une contradiction entre son œuvre picturale – abstraction suave, délicate et mesurée – et ses propos contestataires, dont ses contemporains se souviennent de ses discours dadaïstes provocateurs.

 

 

En 1926, il s’installe à Paris. L’on raconte que c’est André Breton, au retour d’un congrès surréaliste, qui l’a ramené dans ses bagages. De sa qualité de poète, il rejoint les surréalistes et intègre les milieux initiés de Saint-Germain-des-Prés et de Montparnasse.

 

Il rencontre Wols (1913 – 1951) et participe activement à la découverte des expressions automatiques. Dès lors, il souhaite parvenir à un langage automatique ; non plus contrôlé par la pensée rationnelle mais par le psychisme, avec la volonté, à l’instar du mouvement Dada, de faire table rase de toutes contraintes idéologiques ou esthétiques. Bryen expose au Salon des « Surindépendants » de 1935 à 1938. En 1947, il co-organise des expositions regroupant Arp, Atlan, Hartung, Wols, Picabia… Il expose aux Salons des Réalités Nouvelles puis régulièrement au Salon de Mai. Quatre expositions ont eu lieu à Paris de 1952 à 1956, puis à Milan et Vienne.  

 

 

Des grandes rétrospectives de son oeuvre ont lieu au Musée du Havre en 1970, au Musée d’Art Moderne de Paris en 1973 puis enfin en 1997 au Musée de Nantes, sa ville natale. Il est présent dans toutes les manifestations importantes en France et à l’étranger.

 

 

 

Bibliographie : 

. Reproduit sous le numéro 627, p. 192 de « L’oeuvre peint de Camille Bryen » par Jacqueline Boutet-Loyer, Catalogue raisonné.

 

 

Musées : 

. À Paris, le musée national d’art moderne de la ville de Paris. En France : Le Havre (une salle entière), Lyon, Dunkerque, Grenoble, Strasbourg, Lille, Marseille, Morlaix, Rennes, Les Sables d’Olonne, Saint-Étienne, Tourcoing.

. À l’international : Museum of Modern Art de New York ; Nasjonasgaleri d’Oslo, Rome, Jérusalem, Bâle, Skopje, Wiesbaden.

 

 

Exposition : 

. « Grand et Jeune d’aujourd’hui », Paris, 1971. Camille Bryen est un poète : des signes, des mots et de la couleur.

Category

XXe siècle

..

EnglishFrench