Project Description

Charles-Édouard de Beaumont

Scène printanière, vers 1860.

Huile sur toile
Signée en bas à gauche
Dimensions : 46 x 38 cm
Avec cadre : 65,5 x 59 cm

Réservé

Sujet mythologique, scène de séduction, ambiance et couleurs printanières, un charme délicat et sensible émane de ces deux jeunes filles, effeuillant des fleurs dans un jardin; à côté d’elles se tient un jeune homme avec une mandoline.
Le sujet est agréable, les couleurs fraiches et délicates, la composition subtile.
Les cygnes qui voguent au premier plan semblent être un indice laissé par le peintre pour illustrer cette histoire. Les arrangement floraux sont soignés, le ciel dégagé et éclairci, la lumière diffuse. Quelques éléments de décor enrichissent une composition très classique. Les vêtements des jeunes femmes paraissent flotter dans le vent, légers comme tout ce qui les entourent. Elles-mêmes sont sûrement enivrées par un doux parfum qui ne nous est pas accessible, ce jeune musicien à leur abord est certainement inconnu et vient leur faire la cour, tel un prétendant audacieux.

Peintre de sujets religieux, de genre, paysages.
Aquarelliste, dessinateur, illustrateur et lithographe.

Fils de sculpteur, il est éduqué par le peintre Boisselier. S’il modèle quelques statuettes, il présente un attrait pour la peinture dès son jeune âge. Il débute sa carrière comme paysagiste au Salon de 1838. Par la suite, il entreprend un voyage en Italie jusqu’en 1847. Dès lors, il effectue des peintures de genre.

Outre sa carrière de peintre, il est collectionneur d’armes anciennes. Il écrit deux livres sur leur iconographie et cède sa collection au musée de Cluny à son décès. Lorsqu’il ne peint ou ne collectionne pas, il participe à la vie sociale et bourgeoise de la société. Il fonde la Société des aquarellistes avec son ami peintre, Vibert.

La réputation de Beaumont repose principalement sur ses aquarelles et son travail lithographique et illustratif. Lithographe, il appartient à la galaxie de talents retenue par l’éditeur Aubert. En tant qu’aquarelliste, cependant, son style est très personnel, et on peut affirmer que son travail a repoussé les limites de son domaine.

Musées :

. Musée des Beaux-Arts et galerie David D’Angers ; musée des beaux-arts de Tours ; centre national des arts-plastiques de Paris

. Mâcon, musée des Ursulines

. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques

Bibliographie :

. art. « Charles-Édouard de Beaumont », Bénézit, Oxford Art Online, 2011

. Étienne Arago, Notice des peintures, sculptures et dessins de l’École moderne : exposés dans les galeries du Musée national du Luxembourg, 1886, p. 3