JEAN MARCHAND
22571
page-template-default,page,page-id-22571,stockholm-core-1.2.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.9,ajax_fade,page_not_loaded,popup-menu-fade,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

JEAN MARCHAND

Jean Marchand
1883 – 1940

Jean Marchand est un peintre de l’aventure des avant-gardes. Il est du Cubisme des Salons, préfigure le Futurisme. Dès 1910, le public et la critique s’interrogent. Faut-il placer Marchand chez les fauves d’hier ou chez les cubistes de demain ? Apollinaire, dans Les peintres cubistes de 1913, classe l’artiste dans le « cubisme physique ». 

DÉCOUVRIR SES ŒUVRES
MUSÉES

À Paris : Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. À Londres : Tate Gallery (quatre tableaux). En France : Lyon, musée des Hospices civils de Lyon ; Marseille, musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (mucem) ; Villeneuve-d’Ascq, musée d’art moderne Lille Métropole ; Troyes, musée d’art moderne ; Grenoble, musée de Grenoble ; Céret, musée d’art moderne ; Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie ; Saint-Tropez, musée de l’Annonciade

BIBLIOGRAPHIE

En 1753, le peintre rejoint les bancs de l’Académie Saint-Luc. Il est formé à la peinture de genre et au paysage, hors c’est dans la peinture de nature morte qu’il dévoile son talent et expérimente les effets du cubisme.

Pour notre tableau, l’artiste délivre une nature morte solide et austère, que les anglais reconnaitront comme les principales qualités de la tradition française, de Poussin à Cézanne.

EnglishFrench